Vers un market d’applications universel et compatible avec tous les OS

Pouvoir changer de smartphone, d’opérateur et d’ sans perdre ses applications, c’est une demande récurrente des utilisateurs sur notre site ou ailleurs dans l’androsphère. Vous serez donc intéressé d’apprendre qu’une initiative est en cours (la Wholesale Applications Community ou ) pour la création d’un standard commun de développement d’applications pour les différentes plates-formes mobiles et les différents opérateurs téléphoniques.

Ce nouveau standard permettrait à terme aux développeurs de réaliser une application compatible à la fois avec , , Windows Phone 7, BlackBerry et autres. Côté opérateur, vous pourriez également en théorie avoir accès aussi bien à la boutique d’applications d’Orange qu’à celle de SFR ou de Bouygues.

Lancement de 8 boutiques interopérables

Lors du dernier Mobile World Congress à Barcelone, le plus important rassemblement mondial des acteurs de la téléphonie mobile, la WAC a annoncé le lancement de 8 boutiques d’applications interopérables. Les opérateurs concernés sont Orange, Telefonica, Telenor, China Mobile, Verizon, Smart et MTS.

« Aujourd’hui, quand on veut acheter un ordinateur, on ne se demande pas si Facebook ou Angry Birds fonctionnera dessus. », explique ainsi aux Echos Erik de Kroon, de la WAC.

Un marché de 11 milliards d’euros

L’enjeu est de taille pour les opérateurs qui souhaitent reprendre la main face aux markets d’Apple et de Google. Lancée il y a un an, la WAC regroupe actuellement 68 constructeurs, opérateurs (dont Orange, SFR et Bouygues) et éditeurs qui concerneraient plus de 3 milliards de clients dans le monde. C’est aussi une façon de s’assurer une part du gâteau sur le marché juteux des applications mobiles. Un marché qui devrait tripler en 2011 pour atteindre 11 milliards d’euros, d’après le cabinet d’études Gartner. Rappelez-vous que Google et Apple prélève 30% sur chaque vente d’appli via l’Apple ou Google Checkout.

Techniquement, la WAC s’appuie sur le html 5, le dernier langage en date pour Internet qui permet notamment d’intégrer des vidéos sans passer par un lecteur Flash.

Et du point de vue de l’utilisateur ?

Nombre d’entre vous se féliciteront de pouvoir retrouver facilement leurs applications, par exemple en passant d’un iPhone à un Android ou vice-versa. D’autant que l’initiative de la WAC semble aller dans le sens de l’histoire (il existe aujourd’hui des logiciels compatibles PC/Mac notamment). D’ailleurs, on observe que la WAC n’est pas la seule à s’intéresser de près à cette question. On a ainsi récemment appris qu’Android pourra récupérer certaines applications disponibles sur Symbian (Nokia) et MeeGo. Autre avantage, il est évident qu’un système de paiement directement prélevé sur sa facture de téléphone pourra être mis en place.

Mais d’après moi, 2 problèmes majeurs se posent :

  • Si c’est pour passer d’une dépendance à Google pour les applications à une dépendance aux opérateurs téléphoniques, je choisis Google sans hésiter une seule seconde.
  • Jusqu’à quel degré de compatibilité peut on développer une appli si cela ne prend pas en compte les spécificités de chaque téléphone et de chaque Os (je pense par exemple aux jeux) ?

Et vous, qu’est ce que vous en pensez ?

Crédit photo : Flickr / Johan Larsson

Note

2 Responses to Vers un market d’applications universel et compatible avec tous les OS

  1. Pingback: Les tweets qui mentionnent Vers un market d’applications universel et compatible avec tous les OS | Les Applications Android -- Topsy.com

  2. Bonjour,
    Pour être dans la partie des paiements, je vous garantie, qu’il vaut mieux avoir à faire à l’operateur, plus qu’a un groupe mondial. la bataille sur les petits paiements et les paiements dématérialisé est rude, et je ne suis pas sur que cela serve les consommateurs d’utiliser des groupes que detiennent vos informations bancaires (cartes). Il est important de garder quelques secrets sur vos dépenses… a bon entendeur

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>