Vers la fin des applications Android payantes ?

Si les utilisateurs se plaignent des publicités envahissantes présentes sur les applications gratuites, ils ne sont pas pour autant prêts à payer pour s’offrir un service sans réclame, selon une récente étude réalisée par le spécialiste de l’analyse mobile Flurry.

panier-applis-payantes-flurry-une

A partir des données récoltées sur près de 350.000 programmes, il ressort que la proportion d’applications payantes est de plus en plus faible sur (où le modèle payant semble pourtant mieux armé que sur ). Entre 2010 et 2013, celle-ci est passée de 16 à 10%. Et en 2013, 60% des softs payants coûtent moins d’un dollar. « Les utilisateurs préfèrent avoir du contenu gratuit plutôt que d’éviter d’avoir des publicités ou d’avoir le contenu le plus qualitatif possible », expliquent les analystes de Flurry.

Concernant Android, il semblerait que les utilisateurs soient encore moins enclins à délier les cordons de la bourse pour s’offrir un programme. En avril, le prix moyen des applis Android (en prenant en compte les programmes gratuits) était de 6 cents de dollar seulement, contre 19 cents pour les applis sur et 50 cents sur iPad (cf. graphique ci-dessus). Ce qui tend à indiquer que les développeurs proposent moins d’applications payantes ou alors moins chères afin de rencontrer du succès auprès du public.

L’étude de Flurry vient ainsi confirmer une précédente enquête de Newzoo qui portait sur les recettes générées par les jeux sur mobiles. A l’époque, sur les 200 jeux qui rapportaient le plus (tous OS confondus), Android ne s’adjugeait que 11% de parts de marché, contre 56% pour l’iPhone et l’iPad.

Le modèle de la gratuité (avec de la publicité) ou du fremium (l’appli de base gratuite mais certaines fonctionnalités supplémentaires payantes) semble donc progressivement s’imposer sur les smartphones. De là à ce que les applis payantes disparaissent, il y a un pas que nous ne franchirons pas. Car certains contenus de niche très spécialisés (par exemple la version numérique du dictionnaire Vidal pour les médecins) ou certains services destinés aux entreprises devraient toujours trouver preneurs contre quelques euros.

Note

4 Responses to Vers la fin des applications Android payantes ?

  1. Les analystes font un raccourci malheureux : « Les utilisateurs préfèrent avoir du contenu gratuit plutôt que d’éviter d’avoir des publicités ou d’avoir le contenu le plus qualitatif possible »… Il existe des applications payantes non-exemptes de publicité, et des applications gratuites de grande qualité. Il existe même des applications payantes qui se permettent de revendre nos informations personnelles récoltées… Bref, comme les logiciels libres l’ont déjà démontrés, la corrélation ‘gratuit = nul et payant = bien’ est fausse. Les utilisateurs sont par essence limités dans leur choix des applications misent a disposition par les développeurs, qui choisissent le modèle économique qui leur semble être le meilleur. De plus, la différence entre Android, iPhone et iPad s’expliquent aussi par les profils différents des utilisateurs.

    • Excellente remarque. Mais je pense tout de même que le modèle gratuit pousse à la monétisation par les données personnelles. Comme on dit « si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit ».

      Pour ce qui est du modèle choisi, il existe souvent une version payante et une version gratuite de l’appli. Et d’après Flurry, les utilisateurs choisissent le plus souvent la version gratuite.

      Pour la différence entre utilisateurs Android / iPhone, c’est évident.

  2. d’accord avec vous 2.

    je pense en plus que les conclusions sont fausses, car il existe plus d’applis gratuites sur android que sur Apple et de plus les tarifs sont general plus cher chez apple.

    La vrai conclusion , pour moi, serait « chez Android , on a la possibilité de moins depenser d’argent que chez Apple pour les memes resultats »

Click on a tab to select how you'd like to leave your comment

Répondre à c1coucou2piou Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>